Danube - Eté 2017

Course contre le temps

D’Esztergom à Szentendre – 57 km – Hongrie – 15 degrés de moins – on respire!

Après les averses de la nuit, la petite accalmie de la matinée nous a incités à attaquer une course contre les nuages. Après quelques kilomètres d’une piste cyclable le long du grand fleuve, nous chargeons les vélos sur le bac pour passer sur l’autre rive. Baptiste est surpris que nous ne restions en Hongrie malgré cette traversée du Danube et il est un peu triste d’apprendre que nous ne pédalerions plus en Slovaquie. La fin du voyage se fait doucement sentir.

Emmenée par son champion à la poursuite d’un vélo couché belge (les meilleurs m’a-t-on certifié!), la tribu pédale à une moyenne qui fait rager un troupeau de cyclistes italiens semé dès la première montée. Dupés par notre chargement ils ont sous-estimé nos semaines d’entraînement! Nous passons entre les gouttes et découvrons un autre visage de la Hongrie, plus cossue.

Encore quelques traversées de zones agricoles puis les hameaux deviennent villages et les premiers panneaux de l’Eurovélo refont leur apparition. Attention nous entrons en zone touristique.

Sans véritable calendrier en tête, nous avions oublié que nous étions dimanche et que nous n’avions rien pour le goûter-dîner-petit-déj’ hormis un paquet de riz. Après avoir déniché une boulangerie et acheté ce qui semblait visuellement correspondre aux envies des 3 ti-gars, nous nous arrêtons à nouveau au bord du chemin.

Après avoir résisté aux injonctions à goûter les différents schnaps, nous sommes repartis avec un pot de confiture ou de compote correspondant visuellement à nos envies.

Si les gâteaux et autres viennoiseries étaient délicieux, nous aurons demain matin pour le petit-déjeuner de la compote de… raifort et de betteraves! Mezes torma, un condiment très utilisé dans la cuisine des pays d’Europe centrale…
Et comme les journées hongroises se suivent mais ne se ressemblent pas, nous plantons la tente dans un camping en bordure de la ville de Szentendre. Un camping à peine plus peuplé que les précédents, avec des sanitaires à la hongroise* et une piscine rien que pour nous!

On a gagné la course contre les nuages!
Et une vue imprenable sur ce géant qui va nous manquer.

*je n’ai pas encore eu l’occasion de vous en parler.

Un karcher, un rideau, le tout dans un bâtiment sans portes, on laisse sa pudeur à l’entrée et on ressort frigorifié.

Tout en bois, ils peuvent avoir ce petit côté danois hygge très en vogue. Notez que les cabines sont pourvues d’un simple rideau et sont ouvertes sur le dessus.

D’autres tout en carrelage vous attireront sans doute un peu moins. Après une bonne journée de vélo sous la chaleur hongroise, nous ne sommes pas trop exigeants. Mais nous sommes tous d’accord, rien ne vaut la baignade dans le Danube pour se décrasser!

3 réflexions au sujet de « Course contre le temps »

  1. Toujours aussi sympa de voyager avec vous. Les garçons vont être imbattables en géographie. Et quels mollets ! Je vous embrasse Blandine Badignon

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s