Canal du Midi - Printemps 2014

Sans les roulettes

Pour la tribu à roulettes, le plus compliqué est de se déplacer sans les roulettes…

image

Pour aller d’un point A à un point B, le plus simple c’est de mettre chacun des ti-gars sur ses roulettes, de leur donner des instructions et de compter sur leur bonne volonté pour le reste.

Mais parfois les distances, l’état des chemins ou l’envie de prolonger une visite nous ont fait choisir le train.

Là les choses se corsent un peu, il faut décharger les vélos de leurs sacoches, démonter et plier le tricycle de Quentin, transporter les vélos et les sacoches sur le quai qui se trouve de l’autre côté de la gare et accessible par une succession d’escaliers.

image

Une fois que tout est installé sur le quai, que les rôles sont attribués à chacun, il n’y a plus qu’à attendre le train et parier sur l’emplacement du compartiment à vélo.

Les rôles ayant été distribués suivant les compétences des uns et des autres, je gère les 3 ti-gars et les sacoches et Nico surveille les vélos… sans commentaire…

Heureusement dans les sacoches j’avais laissé de la place pour l’arme secrète… le jeu d’échecs sur la tablette -c’est la touche bobo-intello de ce voyage!

imageimage

A l’arrivée, on prend les mêmes et on recommence dans l’autre sens, avec des petites frayeurs comme Quentin attendant sagement qu’on vienne le chercher à sa place et qui a failli poursuivre le Canal par la voie ferrée. Un voyageur peu pressé de descendre, une porte qui coince, l’assistance ayant oublié de venir chercher le ti-gars qui sans ses roulettes est un peu démuni, et me voilà déboulant dans le wagon Matthieu dans le dos pour attraper Quentin et le jeter hors du train… Une petite montée d’adrénaline et un bon fou rire au final!

Le point positif du train sont les rencontres et les partages de galères comme avec ce couple en tandem qui s’était vu refuser l’accès du train pourtant indiqué comme train-vélo ou cette famille espagnole voyageant avec leur petite d’un an dans une carriole et leur chien dans une cage sur le porte-bagage (petit le chien bien sûr mais quand même!).

image
Jamais sans mes roulettes!
image
Béziers

 

 

 

2 réflexions au sujet de « Sans les roulettes »

  1. Merci de nous faire partager vos aventures, on se délecte !
    Quentin s’est-il rendu compte de votre frayeur ?
    Nous vous embrassons bien fort

    1. Quentin a eu le temps de s’imaginer qu’il repartait tout seul, que quelqu’un lui demandait où il allait et qu’il n’avait pas de bagages! On a vite désamorcé notre ti-gars très inquiet!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s